Les communautés dirigent leur propre avenir

Mobiliser les communautés d'Afrique de l'Ouest menacées autour d'un avenir pour lequel elles peuvent se battre, grâce au pouvoir de la loi et au développement communautaire
ACA est une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis et au Ghana qui met les outils juridiques et d'organisation entre les mains des communautés d'Afrique de l'Ouest menacées. Nous construisons un réseau d’avocats et d’autres experts qui collaborent avec les communautés pour défendre les droits des communautés et poursuivre leur propre vision du développement face aux opérations d’extraction de ressources destructrices motivées par les investissements étrangers. Nous aidons à mobiliser les communautés pour qu'elles se définissent une vision d'avenir qui leur convient. Et nous les aidons à lutter et à atteindre cet avenir grâce à une planification du développement communautaire, un soutien financier et une assistance juridique.
Au cours des deux années qui ont suivi la création d’ACA, certaines de nos plus grandes réalisations ont été les suivantes :
  • • Aider une communauté nigériane à mener une enquête à la base qui a répertorié les impacts et leur a donné un levier pour entamer des négociations avec une société pétrolière dont les opérations provoquent des inondations catastrophiques.
  • • Mobiliser une communauté ghanéenne pour tenir tête à ses chefs traditionnels et braver les tentatives d'expulsions injustes. Grâce à notre aide, la communauté a forcé ses chefs à négocier et à accepter de restituer la plupart des terres.
  • • Découverte de preuves non rapportées auparavant selon lesquelles une société minière était profondément complice dans un massacre en Guinée en 2012
  • • Créer une communauté collégiale d'avocats d'intérêt public à travers l'Afrique de l'Ouest qui s'entraident avec un soutien technique et moral
  • • Guider quatre communautés ghanéennes à développer leur propre vision de développement communautaire, qui a maintenant été incorporée dans les plans de développement à moyen terme officiels du gouvernement - peut-être une première pour le Ghana
  • • Placement de juristes dans deux organisations - l'une en Sierra Leone, l'autre au Nigéria - qui ont renforcé la capacité juridique d'importantes organisations locales
  • • Coordonner une stratégie de contentieux dans sept pays pour mettre en évidence les cas dans lesquels les gouvernements accordent la priorité aux intérêts d'acteurs économiques puissants avant les droits du peuple.
  • • Inspirer la création de la première clinique juridique universitaire de Côte d’Ivoire, qui se concentrera sur les communautés et les industries extractives

Jonathan Kaufman

Directeur exécutif

Avant de fonder ACA, Jonathan était coordinateur du plaidoyer juridique chez EarthRights International, où il a travaillé avec des groupes de la société civile et des communautés sur six continents pour promouvoir la responsabilité de la complicité des entreprises dans les violations des droits humains et la dévastation environnementale. Il a été finaliste pour le prix de l'avocat de première instance de la justice publique en 2010 et a été conseiller du département d'État des États-Unis pour le règlement des différends entre les communautés et les entreprises. Jonathan est diplômé de l'Université de Yale avec un baccalauréat combiné. et M.A. en chinois, a étudié le droit à la Harvard Law School et est diplômé en politique publique de la Woodrow Wilson School de Princeton. Il était boursier Fulbright à Taiwan en 2002-03 et parle chinois mandarin, français et espagnol.

Eric Amamoo

Responsable des finances

Eric est un comptable qualifié avec un baccalauréat en commerce et un MBA de l'Université de Cape Coast. Il est également responsable des finances et de l'administration du Center for Environmental Impact Analysis. Pendant une décennie, Eric a géré les finances des bureaux de la région centrale du principal programme gouvernemental de microfinance et de petits prêts du Ghana. Outre la gestion financière, Eric est l'auteur d'un livre intitulé The Chronicle of Wisdom. The Chronicle of Wisdom.

Nana Ama Nketia-Quaidoo

Directeur du développement communautaire

Nana Ama dirige le travail de développement communautaire d'ACA. Avant de rejoindre ACA, elle a contribué à des projets communautaires parrainés par l'USAID en tant qu'agent de terrain et spécialiste du suivi et de l'évaluation. Elle a également travaillé en tant que responsable des programmes pour les défenseurs du genre et de la surveillance de l'environnement (GEMA), où elle a été directement impliquée dans l'aide aux communautés touchées par l'exploitation minière pour identifier d'autres sources de revenus. Elle a également travaillé comme journaliste de radio et rédactrice d’actualités à «Ahomka» FM, une station de radio communautaire, grâce à laquelle elle est devenue un membre actif de Journalists for Human Rights dans la région centrale du Ghana. Nana Ama est une enseignante qualifiée qui a également enseigné l'anglais et les langues ghanéennes dans un lycée communautaire pendant sept ans. Elle est titulaire d'une maîtrise en gestion des ressources humaines (MBA) de la University of Cape Coast Business School et d'un baccalauréat en langues ghanéennes de l'Université de l'éducation Winneba.

Osei Nimako

Coordinateur de terrain

Nimako est originaire de Donkro Nkwanta dans la région de Brong Ahafo au Ghana. Avant de rejoindre ACA, il a été enseignant au secondaire pendant de nombreuses années. Nimako a reçu une formation de comptable et vient d'une famille avec une longue histoire de lutte contre l'injustice communautaire.

Ama Naomi Pokuaa

Agent de terrain

Naomi est originaire de Kyeredeso dans la région de Brong Ahafo au Ghana. Elle est une agricultrice et une organisatrice communautaire qui cherche à protéger sa communauté et sa famille des effets négatifs de l'exploitation minière.

Lalla Moulati Toure

Coordinateur juridique

Lalla est une juriste malienne avec plus d'une décennie d'expérience à la tête de luttes de défense des droits de l'homme dans son pays d'origine. Avant de rejoindre l’ACA, elle a travaillé pour l’Association malienne des droits de l’Homme, la Fédération internationale des droits de l’homme et l’American Bar Association Rule of Law Initiative. Elle a fondé une clinique juridique à Gao pour aider les Maliens réduits en esclavage, soutenu les communautés agricoles qui risquaient de perdre leurs terres et aidé les travailleurs dans les cas de licenciement abusif. Lalla a été impliquée dans de nombreuses affaires devant les tribunaux maliens, ainsi que la Commission africaine et la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Elle est titulaire d'un Master en droits de l'homme de l'Université de Nantes ainsi que d'un diplôme de droit de l'Université du Mali.

Kwabina Ibrahim

Conseiller scientifique

Kwabina Ibrahim est une géoscientifique titulaire d'un baccalauréat ès sciences en géologie et chimie et d'une maîtrise en géologie de l'Université du Ghana. Il a travaillé avec plusieurs sociétés minières de la sous-région ouest-africaine. Il possède une connaissance approfondie de tous les processus et activités associés aux différents types d'activités minières et d'exploration minière. Il est un expert en évaluation d'impact environnemental et en surveillance environnementale. Certains de ses travaux de recherche ont été publiés dans des revues Scopus à haut impact.

Michael Adziabu

Agent de terrain

 

Francis Jengre

Agent de terrain

 

Conseil d'administration

Nnimmo Bassey (président) est un architecte nigérian, militant écologiste, auteur et poète, qui a présidé Friends of the Earth International de 2008 à 2012 et a été directeur exécutif de Environmental Rights Action pendant deux décennies. Il a été l'un des héros de l'environnement du magazine Time en 2009. En 2010, Nnimmo Bassey a été nommé co-lauréat du Right Livelihood Award, et en 2012, il a reçu le prix Rafto. Il siège au conseil consultatif et est directeur de la Health of Mother Earth Foundation, un groupe de réflexion environnemental et une organisation de défense des droits.

Rachel Davis (trésorière) est la directrice générale et trésorière du Shift Project. Elle est une avocate australienne possédant une vaste expérience dans les affaires et les droits de l'homme, ayant travaillé avec des entreprises, dans des contextes gouvernementaux et de la société civile. Elle a servi pendant cinq ans en tant que conseillère juridique du professeur John Ruggie, ancien Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les entreprises et les droits de l'homme, au sein de son équipe consultative principale qui a contribué à l'élaboration des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme. Auparavant, Rachel a été conseillère en stratégie et politique auprès du conseiller spécial des Nations Unies sur la « responsabilité de protéger » à l'Institut international de la paix à New York. Elle a été greffière au Tribunal pénal international des Nations Unies pour l'ex-Yougoslavie à La Haye et à la Haute Cour d'Australie. Rachel est titulaire d'une maîtrise en droit de la Harvard Law School et d'un baccalauréat en droit et politique de l'Université de New South Wales à Sydney, où elle a également enseigné et publié en droit.

Ian Gary dirige le travail de politique et de plaidoyer d'Oxfam America axé sur la promotion de flux financiers transparents et responsables - par exemple à partir des revenus pétroliers et miniers, des taxes et de l'aide - pour lutter contre la pauvreté. Auparavant, il était Senior Policy Manager - Extractive Industries chez Oxfam America. Il est l’auteur du rapport d’Oxfam, Ghana’s Big Test: Oil’s Challenge to Democratic Development (2009) et est co-auteur de nombreux autres rapports et articles sur le secteur pétrolier et gazier dans les pays en développement. Il a été un chef de file dans la lutte pour apporter plus de transparence aux paiements des sociétés pétrolières et minières aux gouvernements hôtes et a joué un rôle déterminant dans l'adoption et la mise en œuvre de la législation américaine exigeant la divulgation des paiements. Avant de rejoindre Oxfam en 2005, Gary a occupé des postes au sein de la Fondation Ford, de Catholic Relief Services et d'autres organisations internationales de développement aux États-Unis et en Afrique. Il a mené des travaux sur le terrain dans plus de 20 pays en développement.

Michelle Harrison (vice-présidente) est avocate chez EarthRights International. Elle est diplômée de la faculté de droit de l’Université de Virginie en 2012, où elle a reçu la bourse de recherche de service public Robert F. Kennedy 51 pour travailler avec ERI pendant un an. Elle est ensuite restée à l'ERI en tant que boursière de la Fondation Bertha. Pendant son séjour à l'UVA, a travaillé en Tanzanie pour le bureau du procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda et avec le projet Innocence, assurant une représentation après condamnation. Michelle est titulaire d'un B.A. en sciences politiques et sciences de l'environnement et une mineure en français de l'Université de Miami. À l'ERI, Michelle a défendu les droits du premier amendement des militants contre la découverte abusive de Chevron, a aidé à défendre les règles de divulgation de l'industrie extractive Dodd-Frank au nom d'Oxfam America, et a travaillé sur le litige américain d'ERI contre Chiquita pour violations des droits de l'homme et Union Carbide ( Dow Chemical) pour abus environnementaux. Elle est admise à pratiquer le droit en Virginie et dans le district de Columbia.

Marco Simons est directeur du programme régional pour les Amériques et avocat général chez EarthRights International. Il supervise l’utilisation par ERI des stratégies juridiques pour travailler avec les communautés du monde entier à la protection de leurs droits humains et de leur environnement. Avec ERI, Marco a été avocat dans des affaires de responsabilité transnationale des entreprises, notamment Doe c. Unocal, Wiwa c. Shell, Bowoto c. Chevron et MaynasCarijano c. Occidental Petroleum, et a soumis des mémoires d'amicus dans de nombreuses autres affaires. Il a écrit ou co-écrit plusieurs articles et publications sur la responsabilité des entreprises pour les violations des droits de la terre et a enseigné des cours dans les collèges et les facultés de droit sur les droits de l'homme. Marco a auparavant travaillé pour ERI dans le cadre de la bourse Robert L. Bernstein en droits humains internationaux après avoir obtenu son diplôme de la Yale Law School. Avant de retourner à ERI, il a été greffier de l'honorable Dorothy Wright Nelson à la Cour d'appel des États-Unis pour le neuvième circuit et a travaillé pour le cabinet d'avocats spécialisé en droits civils Hadsell & Stormer, qui était co-conseil dans l'affaire Doe v. Unocal et Bowoto c. Chevron. Marco est titulaire d'un diplôme de premier cycle en sciences de l'environnement et, avant sa faculté de droit, a travaillé à l'élaboration de matériel pédagogique sur la biologie de la conservation. Il est actuellement admis à pratiquer en Californie, à Washington, DC et dans l'État de Washington, ainsi qu'à la Cour suprême des États-Unis et dans plusieurs autres tribunaux fédéraux.

Voulez-vous travailler avec nous?

Nous construisons une communauté professionnelle régionale d'avocats.
Nous avons un écosystème d'avocats et autres experts
qui collaborent avec les communautés pour défendre les droits des communautés
et poursuivent leur propre vision du développement

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench